Il est 3h du mat.
Mon réveil sonne et me tire d'un léger sommeil.
J'ai les yeux rougis par la fatigue. Faut dire que je n'ai pas beaucoup dormi, entre l'excitation du départ, la valise à boucler et la gestion de trois enfants remontés sur batterie lithium. Mais la joie est bien présente. Je pars enfin ! Notre avion décolle à 6h30 !

Je laisse donc un ras-le-bol derrière moi. Je laisse des enfants difficiles qui ont épuisé toute mon énergie entre les mains de leur père. Il va recadrer tout ça pendant que je pars me dorer le mélo-cake pendant 9 jours ! Je crois que je les mérite bien ces vacances !

Je me faufile dans la salle de bain pour me préparer.
Guidée par la lumière de mon gsm, je tente de descendre pour me faire une tasse de café afin de me sortir de ce brouillard matinal. Sauf que bien évidemment, par je ne sais quel hasard fabuleux... mon cadet me voit passer par la porte ouverte (pourquoi et comment ?) de sa chambre. À moitié endormi, il geint ! Il pleure et crie après moi. MERDE ! Moi qui voulais partir comme une voleuse afin d'éviter justement le drame... c'est foutu. Déjà que la veille mon coeur s'est serré un peu trop fort à mon goût quand mon aîné n'a pas voulu que je lui lise son histoire du soir car il était trop triste.

"Je suis triste... je vais trop te manquer maman !"

Je me suis concentrée et je me répétais en boucle pendant que je le serrais contre moi "ne craque pas, ne craque pas et ne pleure pas stp Aurel !".

Bref, je tente de calmer Maël. S'il réveille la fraterie... je me sauve !

-"Chéri, c'est  la nuit, faut dormir.."
-"Pourquoi tu dors pas ???? Tu vas manger ?"

Non mais il est sérieux ?

Quand je n'ai pas un bébé dans le ventre, je suis boulimique nocturne... merci mon fils !

Bref, après l'avoir recouché deux fois et finit par le mettre dans mon lit, je peux enfin boire ma tasse de café.

4h du mat... Salade de fruits (vous comprendez plus tard le pourquoi du comment) est là. En mode touriste avec son chapeau de paille, elle donne le ton ! On sent déjà les vacances ! Si si ! Je suis déjà plus légère ! Je referme la porte du quotidien avec un certain bonheur !

Le vol se passe bien. Même si le steward m'a gentiment dit en espagnol, puis en anglais que ma valise n'était pas conforme et qu'elle irait donc en soute.

Quelques turbulences et 2h50 plus tard nous atterrissons à Màlaga.
La chaleur déjà présente, nous embrasse comme pour nous souhaiter la bienvenue.
Il est 9h30 et nous avons déjà un programme bien chargé ! Il faut aller récupérer la voiture de location, trouver la villa et faire quelques courses pour démarrer cette première journée ! Et surtout avoir de quoi nous préparer un apéro digne de ce nom !

Après avoir joué à Tetris pour faire rentrer les valises dans la Ford Fiesta et fait un peu d'hors-piste dans les montagnes pour trouver notre logement, nous sommes finalement arrivées à bon port !
Nous découvrons une charmante villa avec piscine. L'intérieur est propre et pratique. Je m'y sens déjà tellement bien.
Après avoir déposé nos valises dans les chambres, nous repartons à la recherche d'un centre commercial pour les courses du jour.

Voilà 5 touristes à la conquête de l'apéro du soir.

Le cava, les pistaches et la bouffe du soir défilent sur le tapis de la caisse. On a faim ! On a hâte d'aller dîner sur la terrasse ensoleillée de notre nouveau nid !


D'un pas décidé, nous nous dirigons vers la voiture de location, les bras chargés. Et là... surprise ! La portière arrière était grande ouverte... avec toutes nos affaires à l'intérieur. Une tablette sur le tableau de bord et tout l'argent de notre Sporty spice (oui la plus sportive des spice girls si tu suis). Les regards se tournent vers moi... mais je tente une défense :"heu oui c'est de mon côté mais j'ai laissé ouvert pour que Camille puisse descendre !". Et toc !

-"Oui sauf que je suis sortie de l'autre côté !".

On ne savait pas si on devait rire ou pleurer mais comme il ne nous manquait rien, on a décidé qu'on allait quand même en rire !

Les vacances commencent bien !

 

De retour à la Casa, les filles se mettent en deux-pièces aussi facilement qu'on mange un cornet de frites avec les doigts. Pour moi c'est une autre affaire. Faut découvrir un corps qui ne me plaît plus. Surtout qu'en plus, mes copines sont du genre bien foutue tu vois. Top biche ! Oui sinon c'est pas drôle ! Alors la pression monte d'un cran mais pas le choix. Si je veux profiter de ces vacances, ce n'est pas le moment de se focaliser sur les complexes. Je ne dois plus penser aux montagnes russes dorsales et à la cellulite incrustée à coups de gaufres Lotus. Il Faut mettre ce bikini taille XL et se sentir bien. D'ailleurs dans ma tête je suis plutôt sexy... ah ben voilà, j'y arrive !

Je m'installe sur mon transat, face au soleil. Ma peau protégée par une crème solaire indice 50 ne pourra pas brûler ! Je prends mon livre. Cela fait un bail que je n'avais plus pris le temps de lire. Je vais enfin terminer le thriller que j'avais entamé il y a des mois.

Sauf que la déconnexion ne se fait pas aussi facilement que de s'allonger sur un essuie de plage. Même si la vue est dépaysante, je pense au stage des enfants du lendemain. Au pic-nic à préparer. Aux courses. Je pense aux vêtements que Papa Ours va leur mettre. Est-ce qu'il va gérer tout ça ? Est-ce qu'il sera patient ? Est-ce qu'il va les occuper ? Est-ce que ça va aller sans moi... ??? Je sens une légère angoisse monter en moi. Je suis fâchée contre moi-même. Pourquoi ne pas laisser tout ça derrière moi le temps des vacances? C'est à mon tour merde ! Je reprends mon livre ! Je veux continuer ma lecture. Je me concentre sur les mots et l'histoire finit par m'emporter... ouf !

Je suis enfin en vacances !