Les seins douloureux. C'est tout. J'ai compris. 

J'ai déposé mes enfants à l'école. J'ai filé chercher ce truc qui allait me confirmer ou non ce que je pensais.

J'ai fait ce qu'il fallait faire et j'ai attendu en rangeant mes oignons dans la buanderie. 

J'ai été vérifier le résultat et j'ai laissé échapper un gros "putain" dans ma petite toilette temoin de la scène.

Le sablier avait arrêté de chercher.  

"2-3 semaines" était inscrit sur l'écran. 

Je ne sais pas pourquoi, mais ma première réaction a été positive. J'étais contente. Bizarrement heureuse. Oui je dis bizarrement parce que bon je te rappelle quand même que j'ai déjà pondu 3 petits mecs. Je ne m'ennuie pas tu vois. J'ai parfois envie de les mettre dans le congélateur c'est pour te dire. Alors qu'est-ce qu'il se passe ?

Je reste plantée devant ce test de grossesse dernier cri qui m'annonce fièrement que je porte la vie. Je respire vite. Mes yeux ne décollent pas de l'écran. Je scrute. Putain c'est pas vrai. 

Et ben si ma grande. Ton utérus est occupé à servir d'hôtel 5 étoiles à nouveau... 

Que vais-je faire ? Le dire à Papa Ours ? Avorter ? N'ayons pas peur des mots... j'y ai pensé. J'y pense toujours à l'heure actuelle même si c'est quelque chose qui me fait déjà mal au bide.

Puis je ne sais pas ce qui m'a pris. J'étais à table avec mes enfants et j'ai lâché la bombe. Comme ça. Sans savoir si tout allait bien, ce qu'on allait faire mais je leur ai annoncé la nouvelle. Puis je me suis dit que j'avais été bien idiote alors j'ai tenté de me rattrapé en leur expliquant que rien n'était encore certain, qu'il fallait qu'un médecin regarde pour être sûr...

Je suis bouleversée, perdue. Je suis fatiguée. Je ressens tous les symptômes d'une vie en moi qui se prépare. Nauséeuse, épuisée, malade. Tout me rappeler qu'il est là... 

Comme je m'y attendais, mon homme fut heureux. Il aime beaucoup les nouveaux-nés. J'ai même l'impression que c'est l'âge qu'il gère le mieux. 

Puis quand j'ai parlé de l'avortement, il est devenu triste puis en colère. Pas question pour lui de passer par ça. Alors devrais-je moi passer par une grossesse éreintante? Une 4ème césarienne ? Une parenthèse sur ma vie professionnelle encore ? Devrais-je mettre de côté mes trois autres garçons ? Devrais-je tout recommencer alors que mon petit dernier vient de rentrer à l'école? 
Je ne sais pas. Je ne sais plus.

Je suis angoissée d'imaginer tout ça. Je suis terrorisée de passer par une I.V.G. mais ne vais-je pas regretter de continuer cette grossesse ? Être dépassée par les évènements ? J'aimerais ne pas avoir à choisir. Que la nature le fasse à ma place. Un peu lâche peut-être.

Alors au soir... en embrassant mon aîné et en lui souhaitant une bonne nuit, il m'a dit du haut de ses 7 ans :"Maman, t'aurais dû mettre un pantalon ou un slip... parce que si tu es pas enceinte, ouf quand même, parce que tu voulais pas hein ?"

C'est vrai... je n'en voulais plus. J'avais enfin trouvé une sorte d'équilibre. Les enfants grandissent. Ils vont à l'école. Tout était plus facile à gérer à nouveau... l'impression de reprendre mon souffle... jusqu'à cette vague déferlante au creu de moi.


Je ne sais pas si j'ai encore l'énergie et la force de faire plus...