Dimanche, premier week-end avant la semaine de Pâques.

Papa Ours s'active comme chaque week-end où il est présent pour rendre la maison familiale digne d'une villa témoin sortie d'un catalogue de déco... la joli déco en moins, les meubles Ikéa en plus. Il oublie souvent qu'on a trois enfants. Perso, j'ai du mal à oublier qu'ils sont là. J'aimerais bien sa recette, ça doit être tranquille de vivre dans son monde.

Avant de déclarer le combat aux moutons sous le canapé (moi je trouve que si ils sont bien là... faut pas déranger) il est allé au magasin pour rapporter de quoi faire briller la baraque. Oui je sais t'es jalouse. T'aimerais bien aussi que ton homme des cavernes soit aussi à cheval sur la propreté. Oui dès fois moi aussi ça me fait du bien, parce que quand il se met en mode "fée du logis", on voit le changement. C'est radical quoi. Et puis parfois, j'ai juste envie qu'il arrête de se torturer le tiche avec tout ça. Parfois ça me met en colère. Je suis nerveuse et agressive quand à peine rentré du boulot, tout ce qui l'excite c'est de balayer. Enfin soit c'est pas le débat. Revenons à notre bordel.

Alors qu'il allait jouir avec son Swifer dernier cri, une violente douleur dans l'aine l'a plongé dans le chaos. Sa femme aimante et non sarcastique lui balance alors un joyeux "ah ben tu vois avec ton ménage à la con... tu t'es puni tout seul".
Sauf que j'ai quand même dû appeler l'ambulance devant les enfants qui ne comprennaient pas du tout ce qu'il se passait.

En fait je ne comprennais pas du tout non plus. Mes mains tremblaient en voyant les siennent se paralyser et sa souffrance inexplicable augmenter de façon surprenante... OUATE DE PHOQUE, tu me fais quoi bordel ????

Tu comprendras qu'après m'avoir offert un infarctus et une thrombose, je m'attends toujours au pire.

Donc depuis dimanche, Papa Ours est à la Clinique. Je vous épargne les détails de ses bilans sanguins, de son taux de potassium ridiculement bas et du pourquoi du comment.

Il a tout simplement fait un infarctus rénal. Je te laisse le plaisir de faire une recherche Google pour mieux visualiser la chose. 

Les autres font des pneumonies ou des fractures ouvertes, lui il a la classe tu comprends. Infarctus rénal, ça a plus de gueule que la gastro non ?

Donc voilà. Je pense qu'il veut tous les faire, je ne sais pas. Concours ? PARI? Défi ? Challenge ? Why not. Mais on peut faire une pause stp ?

Il va bien. Il est toujours vivant. OUF.

Les médecins recherchent activement (ou pas) la cause. L'origine. Malgré sa santé médiocre, ses médicaments, sa "facilité" à faire des problèmes cardio-vasculaires, ils cherchent une cause. Trouvez mes chers amis :-) Même si j'ai l'impression que c'est devenu une fatalité et plus une conséquence de quelque chose...

Tu te demandes peut-être, comment ça se se passe quand un des  parent est hospitalisé ? Ben franchement c'est la vie à 2000 à l'heure. Mais tu vois j'ai l'habitude, c'est ça qui est bien. Avoir un homme qui bosse à crever ça permet de se créer un instinc de survie très développé. Le mien est au taquet. JE suis rodée pour la gestion d'une famille nombreuse... seule. OUI ! NICKEL.

Par contre, faudra pas me faire chier. Il ne faudra pas non plus regarder le sol de trop près parce qu'il est fort probable que le jus de pomme renversé par Numéro 2, de la veille au matin soit toujours au même endroit. Si t'es doué(e), tu feras un petit pas sur le côté, sinon ben ça va coller à tes pompes. 

Il se peut aussi que le repas du soir soit composé d'une pizza et d'une tartine au chocolat. Il y a aussi eu beaucoup trop de bonbons et de céréales dans le canapé. C'est vrai. Je plaide coupable.

Cette semaine passe donc à une vitesse de dingue. La boule au ventre par moment, pressée par le temps qui me rappelle sans cesse tout ce qu'il faut encore faire et qui ne sera pas fait de toute façon. 

Comme faire du pain. Penser à apporter des bouteilles d'eau, le déo et des essuies à l'homme. Sortir les cartons devant la maison si je veux pouvoir encore rentrer dans ma buanderie... je mens, je ne sais plus y entrer. Les enfants pensent que cette pièce ne fait plus partie de la maison. Faire tourner une lessive et préparer les sandwichs des enfants pour leur stage. Acheter les collations. Respirer, souffler, reprendre ses esprits par moment. 


L'impression d'être une femme d'affaire mais sans affaires, tu piges. Sans revenu mais avec une tonne de responsabilité et d'humains à satisfaire. CADEAU !

Bref, la course folle d'une mère. Rien de plus, rien de moins.