-"Gros cul".

Il l'a dit en rigolant et a couru comme un enfant.
Normal, c'est un enfant. Le mien en fait. 

Et merde. 

L'accueillante, la NOUVELLE accueillante (gardienne si tu préfères) de Kinder Surprise est là, à côté de moi. Et je me sens honteuse comme jamais mais je tente de rester digne avec mon gros cul moulé dans mon jegging. Oui c'est à moi que s'adressait cette verve poétique. Oh comme ça. Sans arrière pensée. Quoique dans un fond de vérité tout de même, ne nous mentons pas non plus. J'ai un gros cul (mais je l'aime bien quand même) mais ce n'est pas le problème.

Non le problème c'est qu'il le dise comme ça, devant des inconnus sans avoir la conscience que c'est mal et impoli de crier certaines choses. J'ai fait la mère qui gère (oui enfin en apparence et encore...). J'ai levé mon index et j'ai pris une voix de femme d'affaire intransigeante :"Tu es puni en rentrant et on va discuter mon ami". Je pense que je rougis un peu. L'accueillante ne relève même pas. Je crois qu'elle est choquée. Elle doit sûrement se dire que Super Nanny aurait du boulot chez moi. Je le crois aussi. Putain, Super Nanny si tu me lis, rapplique tes fesses et tes grosses lunettes à la baraque pendant... disons une année entière ! Oui bon si j'arrêtais de commencer mes phrases avec des PUTAIN, ça irait peut-être mieux aussi.

Oui enfin, je n'ai pas pu attendre le retour dans la grotte familiale pour réprimander mon fils aîné. Non mon index toujours en l'air s'est collé sur son petit nez de lutin trop fier et je me suis exprimée comme une maraîchère de village. Sauf qu'à la place de vendre des olives et des légumes bio, j'ai postillonné ma déception et ma morale à deux balles ! Mais fallait que ça sorte ! 
Et en rentrant, je lui ai fait lire un paragraphe du Livre De La Jungle. T'aimes pas lire hein, prends ça ! 

Oui c'est ma faute, je le sais. Je laisse trop faire. Je suis trop laxiste. Je gère que dalle. J'ai tout entendu et je suis plutôt d'accord. Putain que c'est dur d'être une mère. Ah je l'ai encore dit ! Oui putain ! 

Gros cul... je suis fâchée et triste. J'ai honte de mon fils. Non j'ai honte de moi. J'ai foiré quelque chose là. Même si ce n'est pas la fin de monde, ni de Plus Belle La vie (oui j'assume ça aussi), je ne suis pas contente ! 

Puis finalement, ce soir, je n'ai pas envie de me flageller encore une fois. Non je vais trouver un autre coupable. L'école par exemple ? Non? Pourquoi pas ? Il a du bien l'entendre quelque part? Non je vais les laisser tranquille. Après tout, j'ai quand même la paix de 8h30 à 15h15 grâce au prestigieux travail des enseignants. Non ce soir, je vais trouver un autre coupable à cette faille dans l'éducation nationale... enfin de chez moi.


Faut que mon homme arrête de dire "j'aime ton gros cul", quand il pose ses mains sur mon derrière rebondi après une dure journée de travail. CQFD. What else ?