J'étais dans mon lit king size, donnant quelques petits chocs répétés au tibia de Papa Ours qui RESPIRAIT TROP FORT (si imiter le bruit d'un réacteur nucléaire peut s'appeler de la respiration).  Je cherchais le sommeil quand tout à coup, je me suis posée cette drôle de question : "Et si je n'avais plus qu'une année à vivre ??"

*Les menstruations aident énormément à l'introspection dramatique.*

Et là, j'ai senti mon coeur s'emballer. Ce n'était pas possible. Il me restait tant de trucs à vivre qu'une petite année était franchement ridicule. Alors j'ai eu peur. Je me suis dit que si j'étais frappée de plein fouet par une maladie, je ne serais pas prête à partir maintenant. Même si on n'est jamais vraiment prêt à partir...

Mais j'ai eu un sentiment angoissant. Celui de ne pas vivre à 100% la vie qui s'offrait à moi. L'inpression de parfois me "priver" de le faire en tout cas. Faute de moyens, de temps, d'obligations familiales et sûrement de barrières que l'on se crée aussi. 

S'il me restait qu'une année sur cette terre, je voudrais la vivre à fond ! Pleinement. Dans la mesure du possible. Non et puis merde. Sans mesure en fait. Et pourquoi pas maintenant alors ? Ouais... bonne question n'est-ce pas !

Je voudrais emmener mes enfants dans des endroits de dingue, faire des pique-nique dans des lieux magiques.
Je voudrais oser, rire, jouer, essayer des choses. Effacer mes angoisses inutiles, ne plus avoir peur de tout et de rien. Ne plus culpabiliser.
Je dirais à mon corps merci de m'avoir supporté toutes ces années. Je me trouverais belle et drôle. Unique. J'irais voir les gens que j'aime pour leur parler et leur dire à quel point j'ai eu de la chance de les rencontrer.  Je ferais la fête, un peu, beaucoup... peut-être de trop. Je serais partout à la fois. On partirait à l'aventure. On goûterait des plats inconnus.

On ferait l'amour d'une autre façon. Peut-être à plusieurs, peut-être avec quelqu'un d'autre.

On n'arrêterait de regarder le temps qui passe. De le perdre inutilement aussi. De gueuler pour un rien. De s'enfermer dans une routine qui nous tue.

Je n'aurais plus honte de rien. 

Je couperais mes cheveux et je les teindrais en blond, puis en rose. Je serai sexy, légère, différente mais toujours la même. Ou peut-être plus du tout pareille...

Je testerais des métiers. Je fabriquerai des meubles en bois. J'aurais une boutique de fringues pour les rondes. 

Un salon de thé avec des cupcake orgasmiques.

Je ferais du naturisme sur une plage magnifique. De la planche à voile. Je partirais en croisière avec des copines. 

Je profiterais d'un massage tantrique. Ou deux par semaine.

On irait en Australie et au Canada. Partout où l'on pourra.

Je me ferais un tatouage de malade sur le ventre. Puis sur la cuisse aussi. Et dans le dos pour une chute de reins sublime.

J'écrirais chaque jour, comme pour laisser une trace de mon passage.

Je continuerais à être cette maman qui dit je t'aime un million de fois. Je ferais en sorte de leur laisser un souvenir incroyable.

Je profiterais d'être avec eux. Au chaud dans une maison remplie d'amour à regarder la pluie tomber. On trouverait ça beau. On serait bien. On serait ensemble. Ma faiblesse, ma force, mon tout. 

Je vous dirais ne pas vous prendre la tête. Que tout est possible, qu'il suffit de le vouloir. 

Je vous dirais qu'on ne vit qu'une seule fois. 

Je vous dirais de me le rappeler aussi... de temps en temps :-)