Je pourrais parler de lui des heures. Lui. Mon fils aîné. Mon premier oeuf. Celui avec qui j'ai tout appris et qui m'apprends encore et toujours à devenir meilleure. 

Lui qui est si complexe. Si sensible. Si subtil. Si conscient des choses. Si nerveux et si calme à la fois. Lui qui pleure d'émotions pour ceux qu'il aime. Lui. Ce tendre garçon qui me rend dingue d'amour en fait.

J'ai savouré ce dimanche en tête à tête avec ses yeux bleus océan. Lui et moi. Dans la cuisine à préparer un gâteau. À la table en train de bricoler un ninjago sur brochette. Lui et moi. Dans le calme. Le silence entrecoupé de nos voix. J'ai savouré pouvoir profiter de lui sans interruption. Sans cris, sans pleurs, sans interférences de la part de ses frères. 

J'ai remarqué qu'il était bien lui aussi. Il me l'a dit. Se retrouver seul avec maman. C'est tellement bien. J'ai trouvé que c'était même très bien mon amour.

Et quand son frère est rentré... la magie du dimanche s'est évaporée dans un brouillard de colère. Son visage s'est transformé, emportant sa délicatesse sucrée. Il ne voulait pas de ses frères. 

"Maman, pourquoi tu m'as pas fait tout seul? Je veux être tranquille!!!"

Un coup de poignard dans mon coeur. Tu sais, le truc qui me tient en vie et qui dégouline de cet amour gigantesque pour les 3 garçons que j'ai mis au monde. 

Il est fatigué. C'est ce que je me suis dit. Il l'était c'est vrai. Mais il était dans la vérité. 

Je me suis rendue compte à quel point la vie d'une famille nombreuse m'étais fatiguante. Je n'avais pas songé qu'elle pouvait l'être aussi pour eux. Je me suis habituée au bruit, à ce que tout aille vite, bien trop vite. J'ai pris l'habitude de presser tout le monde, d'élever la voix pour me faire entendre dans la tribu. J'ai pris l'habitude d'une famille nombreuse et j'ai oublié qu'ils étaient uniques. 

À partir d'aujourd'hui et dans la mesure du possible, je ne l'oublierais plus. J'aimerais accorder du temps à chacun de vous pour que vous vous sentiez important. Parce que vous l'êtes. Plus que tout. 

Un jour, je vous raconterai l'histoire d'une maman qui faisait de son mieux... mais avec un amour incommensurable.